top of page
image
Ombre_picture.PNG
la note moyenne est 3.9 sur 5, d'après 56 votes, Avis
105
lecteurs ont vu cet article

message

Ancre 1
loading.gif

Aliment fonctionnel ou alicament

image rubrique 1

L'alimentation joue un rôle crucial dans notre santé physique et mentale. Ces dernières années, une nouvelle tendance a émergé, mettant en avant le concept d'alicamentation. Ce néologisme est la contraction des mots "aliment" et "médicament", soulignant ainsi le pouvoir thérapeutique de certains aliments. L'alicamentation consiste à consommer des aliments non seulement pour leur valeur nutritive, mais aussi pour leurs propriétés bénéfiques sur la santé. Ces aliments, parfois appelés "aliments fonctionnels", renferment des composés bioactifs qui vont au-delà de la simple nutrition, offrant des avantages pour la prévention des maladies et l'amélioration du bien-être. Un aliment fonctionnel, appelé aussi médicaliment, désigne un aliment qui contient des « composants classifiés ou non comme nutriments, reconnus capables d'influencer une grande diversité de fonctions impliquées dans l'état de bien-être et de santé ou la réduction du risque des maladies ». C'est une notion récente issue d'une tendance à exiger de l'alimentation des qualités nutritionnelles ou organoleptiques, mais aussi d'amélioration de la santé. Pour Roberfroid ( 2000), « un aliment est dit « fonctionnel » s’il possède des effets sur une ou plusieurs fonctions cibles du corps, au-delà de ses atouts nutritifs, améliorant l’état de bien-être ou l’état de santé des individus, ou réduisant le risque d’une maladie ». Il peut s'agir d'aliments naturels contenant certaines molécules actives ou d'aliments industriels artificiellement enrichis en ingrédients (composés appelés nutraceutiques ou nutriceutiques, désignant les substance extraites d'un aliment et vendues sous forme de supplément, appelés aussi ingrédients fonctionnels).

Ancre 2

Utilité

image rubrique 2

L'alicamentation représente une approche novatrice pour promouvoir la santé et le bien-être. En incorporant consciemment des aliments fonctionnels dans notre alimentation quotidienne, nous pouvons non seulement satisfaire nos besoins nutritionnels, mais aussi contribuer à la prévention des maladies et à l'amélioration de notre qualité de vie. Il est temps de considérer notre assiette comme un véritable moyen de prendre soin de notre santé, faisant de l'alimentation une source précieuse de bien-être. Qu’ils s’appellent aliments-santé, alicaments, aliments fonctionnels, nutraceutiques, cosmétofood ou autres, tous ces aliments se rejoignent sur un point : ils prétendent prévenir et/ou soigner des maladies et redonner force, forme et beauté. De par leur positionnement à la frontière entre aliments et médicaments, les alicaments sont difficiles à classifier. Certains chercheurs essaient de mieux les cerner, tel Bernhard Kitous (Chercheur enseignant en sciences de gestion des risques et de la qualité) qui opère une classification en douze catégories : • aliments améliorés, allégés, enrichis, • produits de l’agriculture biologique, • compléments alimentaires ou nutritionnels, • denrées diététiques pour adultes, • diététique infantile, • aliments pour la forme et la minceur, • liquides et eaux minérales, • médicaments avec autorisation de mise sur le marché en vente libre, • denrées alimentaires dont les allégations bénéficient de preuve, • produits-conseils vendus en pharmacie et parapharmacie, • plantes médicinales autorisées hors pharmacie, • cosmétiques à ingérer.

Ancre 3

Alicament naturel

image rubrique 3

Alicaments naturels Certains végétaux seraient des alicaments naturels : c'est le principe de l'herboristerie et de la phytothérapie, deux sous-disciplines de la pharmacie impliquant une formation et une réglementation strictes. Mais outre la notion d'« ingrédient santé », il existe une seconde définition de l'alicament. L'alicament serait un aliment « totum » doté d'une allégation scientifique globale reconnue par un organisme officiel de sécurité alimentaire ou sanitaire. Ainsi l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) a reconnu en 2004 l'allégation concernant les effets bénéfiques du jus de canneberge sur les infections urinaires, avis qui a été depuis contredit en 2009 par l'AESA, qui, dans le cadre de la révision de toutes les allégations de santé (Règlement 1924/2006), a jugé que les études fournies n'étaient pas suffisantes pour étayer les allégations de santé concernant les infections urinaires. L'ail et son principal principe actif : l'allicine, et ses éléments soufrés sont aussi censés faciliter grandement la respiration chez les asthmatiques grâce à leurs propriétés mucolytiques (permettant de fluidifier le mucus) et mucocynétiques (permettant d'expectorer le mucus). À titre d'illustration, Richard Béliveau (Biochimiste canadien) cite : le chou de Bruxelles, le brocoli, les choux ou le chou-fleur ; l'oignon ou échalote ; les épinards ou le cresson ; le soja ; les bleuets, framboises ou mûres ; les agrumes ; le raisin ; la tomate ; le curcuma ; l'huile de lin fraichement moulue ; le poivre noir ; le thé vert ; le chocolat noir ; l'ail ; le vin rouge ; le lait de chamelle Aucun de ces aliments n'a cependant de propriétés comparables à un réel médicament pharmaceutique : la production et la vente de végétaux ayant des effets puissants sur l'organisme sont d'ailleurs étroitement réglementées et surveillées en Europe, pour éviter les cas d'intoxication à la suite d'une auto-médication amateure.

Ancre 4

L'impact de l'alimentation sur le bien-être mental

image rubrique 4

L'alimentation joue un rôle essentiel dans le bien-être mental, et il est de plus en plus reconnu que ce que nous mangeons peut avoir un impact significatif sur notre santé psychologique. Voici quelques aspects de l'influence de l'alimentation sur le bien-être mental : Nutriments essentiels pour le cerveau : Certains nutriments sont cruciaux pour le bon fonctionnement du cerveau. Les acides gras oméga-3, présents dans les poissons gras, les noix et les graines, sont associés à une meilleure santé cérébrale. De même, les vitamines B, présentes dans les légumes verts à feuilles, les céréales complètes et les produits laitiers, sont importantes pour la production de neurotransmetteurs, les messagers chimiques du cerveau. Impact des glucides sur la sérotonine : Les glucides, en particulier ceux à faible indice glycémique, favorisent la production de sérotonine, un neurotransmetteur lié à la régulation de l'humeur. Des choix alimentaires équilibrés, incluant des glucides complexes tels que les grains entiers, peuvent contribuer à maintenir des niveaux stables de sérotonine, ce qui peut avoir un impact positif sur le bien-être émotionnel. Influence des antioxydants et des flavonoïdes : Les antioxydants, présents dans les fruits et légumes colorés, aident à protéger les cellules cérébrales contre le stress oxydatif. De plus, certaines substances bioactives comme les flavonoïdes, présentes dans le thé, les baies et le chocolat noir, ont été associées à des effets positifs sur la cognition et la réduction du risque de déclin cognitif. Effets de la caféine et du théine : La caféine présente dans le café et la théine dans le thé peuvent avoir des effets stimulants sur le système nerveux central, améliorant la vigilance et l'attention. Cependant, il est essentiel de consommer ces substances avec modération, car une consommation excessive peut entraîner des effets indésirables tels que l'anxiété et l'insomnie. Gut-Brain Axis : La connexion entre l'intestin et le cerveau, appelée l'axe intestin-cerveau, montre également l'importance de la santé digestive pour le bien-être mental. Une alimentation équilibrée, riche en fibres et en probiotiques, favorise un microbiote intestinal sain, ce qui peut influencer positivement l'humeur et le stress. Une alimentation équilibrée et variée, comprenant une gamme d'aliments riches en nutriments bénéfiques pour le cerveau, peut jouer un rôle crucial dans le maintien d'une bonne santé mentale. Il est important de considérer l'alimentation comme un élément clé de la gestion du bien-être mental, en complément d'autres pratiques telles que l'exercice physique régulier et la gestion du stress.

Ancre 5

Prévention et gestion des maladies

image rubrique 5

La relation entre l'alimentation et la prévention/gestion des maladies est un domaine de recherche de plus en plus exploré. Adopter une alimentation saine et équilibrée peut contribuer de manière significative à la prévention de diverses maladies et au soutien du traitement dans le cadre de certaines affections. Voici quelques aspects clés de la prévention et de la gestion des maladies par le biais de l'alimentation : Prévention des maladies cardiovasculaires : Une alimentation riche en fruits, légumes, grains entiers, poissons gras et sources d'acides gras oméga-3 peut contribuer à abaisser le risque de maladies cardiovasculaires. La réduction de la consommation de graisses saturées et de sel est également recommandée. Contrôle du diabète de type 2 : L'alimentation joue un rôle crucial dans la prévention et le contrôle du diabète de type 2. Une alimentation riche en fibres, comprenant des grains entiers, des légumes et des fruits, peut aider à réguler la glycémie. La gestion des portions et la limitation des sucres ajoutés sont également importantes. Soutien à la santé osseuse : Les aliments riches en calcium, tels que les produits laitiers, les légumes à feuilles vertes et les fruits secs, contribuent à la santé des os. La vitamine D, présente dans certains poissons gras et produite par l'exposition au soleil, est également cruciale pour l'absorption du calcium. Réduction du risque de cancer : Certains aliments et nutriments, comme les crucifères (chou, brocoli), les fruits rouges, les légumes riches en caroténoïdes, et les aliments riches en fibres, sont associés à une réduction du risque de certains cancers. Une alimentation équilibrée peut contribuer à maintenir un poids santé, ce qui est également lié à la prévention du cancer. Gestion des maladies inflammatoires : Certains aliments ont des propriétés anti-inflammatoires, tels que les poissons gras, les fruits rouges, les noix, et les légumes à feuilles vertes. Ces aliments peuvent être bénéfiques dans la gestion des maladies inflammatoires comme l'arthrite. Soutien au système immunitaire : Une alimentation riche en vitamines, minéraux et antioxydants provenant de fruits, légumes, noix et graines peut renforcer le système immunitaire. Cela est particulièrement important pour la prévention des infections et le soutien lors de maladies. Gestion du poids : Maintenir un poids corporel santé est essentiel pour la prévention de nombreuses maladies, y compris les maladies cardiaques, le diabète et certains types de cancer. Une alimentation équilibrée, combinée à l'exercice physique, est la clé de la gestion du poids. Une alimentation saine et adaptée à des besoins individuels peut jouer un rôle crucial dans la prévention et la gestion des maladies. Il est recommandé de consulter un professionnel de la santé ou un nutritionniste pour obtenir des conseils personnalisés en fonction des besoins spécifiques et des conditions médicales.

Ancre 6

Précautions

image rubrique 6

Pour bénéficier pleinement des avantages de l'alicamentation, il est essentiel d'adopter une approche équilibrée et variée de l'alimentation. Il ne s'agit pas de se concentrer sur un seul aliment miracle, mais plutôt de favoriser une alimentation diversifiée, riche en fruits, légumes, céréales complètes, poissons, et autres aliments fonctionnels. La communication d'allégations de santé doit prendre en compte le droit des consommateurs de manger en toute sécurité et de pouvoir cultiver leur santé en se basant sur des messages nutritionnels fiables et reste un grand défi scientifique. Elles « doivent être basé[e]s sur des preuves fondées, objectives et appropriées après analyse de l'entièreté des données disponibles » et pas simplement de celles émanant des laboratoires des entreprises mettant sur le marché ces aliments fonctionnels. De plus, ces preuves doivent être sous-tendues « par des éléments convergents conformes aux exigences scientifiques en vigueur et plausibles en termes de mécanisme ». Enfin, cette information nutritionnelle est rendue souvent chaotique aux yeux des consommateurs, en raison de la multiplicité des sources qui véhiculent des messages contradictoires (scientifiques, industrie agroalimentaire, autorités publiques, médias, organisations de consommateurs…). La notion d'alicament n'est pas reconnue par les pouvoirs publics, et la plupart des grandes marques évitent de l'utiliser pour ne pas tomber sous le coup de la loi pour allégation médicale frauduleuse : ils préfèrent par exemple utiliser la formule encore plus floue de « produits-santé ».

image auteur
Rédigé par
Source
Ancre 7
Votre avis compte beaucoup pour nous !
Nous vous invitons à nous partager votre avis sur cet article. 
Notre équipe prendra connaissance de vos remarques et suggestions. 
Cet avis n'apparaîtra pas sur le site.
red-loading-circle.gif
105
lecteurs ont vu cet article
56
lecteurs ont noté cet article
Quel  intérêt  accordez-vous à  cet article ?
Votez !
loading.gif
Merci pour votre contribution !
bottom of page